Comment faire une offre d’achat ?

offre-achat

L’offre d’achat fait preuve de volonté d’achat, l’acquéreur y indique le montant qu’il est prêt à payer pour le bien. Le moyen de financement et la part d’apport personnel y figurent également. Le vendeur devra accepter l’offre si elle est faite au prix indiqué dans le mandat de vente dans le cas d’une vente par une agence. Dans le cas contraire il sera libre de faire une contre-proposition ou de la refuser . Lorsque le vendeur a signé un ou plusieurs mandats de vente, il doit accepter la première offre d’achat au prix indiqué.

Évaluer le prix

Pour évaluer au plus juste le prix du bien immobilier que vous souhaitez acheter, vous pouvez vous renseigner sur l’état du marché immobilier dans le quartier où il se trouve. L’état a rendu public depuis 2017 la base de données de toutes les transactions immobilières réalisées dans les 5 dernières années en France.

Cela vous permettra d’estimer, à titre comparatif, si le prix demandé par le vendeur correspond au prix du marché immobilier du quartier dans lequel se situe le bien. 

Vous pouvez également réaliser des recherches du prix au m² dans la commune qui vous intéresse. Cela vous permettra de vous faire une meilleure idée de l’état du marché. Le ministère des finances a mis à disposition le simulateur Patrim auquel vous pouvez accéder en communiquant votre numéro fiscal.

Lors de l’évaluation du prix du bien par rapport au marché, pensez aux rénovations. Les travaux réalisés ou à réaliser et l’état du système électrique, la plomberie, l’isolation ou encore les vis-à-vis sont aussi à considérer.

L’offre d’achat

Quand vient le moment de rédiger votre offre d’achat, vous avez le choix entre 2 possibilités :

  1. Faire une offre d’achat orale. Cette méthode sert simplement à prononcer l’intérêt que vous portez au bien. Pour autant, vous n’êtes engagez solennellement à acheter le bien que dans le cas où le vendeur accepterait votre offre. Cependant, une offre d’achat orale n’engage pas non plus le vendeur à vous réserver son bien. Cette dernière est recommandée si vous n’êtes pas tout à fait sûr de vos intentions.
  2. Faire une offre d’achat écrite. Ce document vous engage formellement à acheter le bien si le vendeur accepte votre offre. Un délai, généralement fixé à une ou deux semaines, accompagne cette offre d’achat. L’offre devient caduque si le vendeur ne répond pas avant son expiration. L’offre écrite vous engage juridiquement auprès du vendeur. Vous devrez lui verser des dommages et intérêts si vous vous retirez une fois l’offre acceptée.

Le vendeur n’est pas obligé d’accepter votre offre d’achat écrite si le prix y figurant est inférieur au prix demandé. En revanche, si vous acceptez le prix demandé sur son annonce, alors il n’a pas le droit de la refuser.

Rédaction de l’offre d’achat

Ce document officiel doit comporter certaines mentions essentielles : 

  • Le prix d’achat du bien.
  • Le délai de validité de l’offre, temps que vous accordez au vendeur pour répondre à l’offre, généralement 1 ou 2 semaines. Mentionnez également que, passé ce délai, votre offre sera annulée.
  • Le délai de rétractation de votre part, d’environ 10 jours en moyenne.
  • Les modalités de réponse du vendeur.
  • Le financement de votre achat (apport personnel et/ou crédit).
  • Une mention indiquant que la vente ne sera définitive qu’à la signature de l’avant-contrat chez un notaire.
  • Une description du bien (superficie, adresse, nombre de pièces, etc…)
  • Clauses suspensives éventuelles

Clauses suspensives

L’offre d’achat écrite est un engagement juridique relativement fort en comparaison à sa contrepartie orale. Vous pouvez toujours avoir des doutes sur certains aspects du bien immobilier et il vaut mieux vous protéger contre des frais de dommages et intérêts dans le cas d’une mauvaise surprise.

C’est pourquoi vous pouvez ajouter des clauses suspensives dans votre offre d’achat. Celles-ci vous donneront la possibilité d’annuler la vente si l’un des facteurs que vous avez cités vient entraver le bon déroulement de la vente. 

Les clauses suspensives les plus courantes sont : absence de préemption, absence de servitude, absence d’hypothèque supérieure au prix de vente, obtention d’une autorisation administrative, réalisation d’une vente immobilière, clause obligatoire d’obtention de prêt.

Vous pouvez lire notre article sur les clauses suspensives pour en savoir plus.

Rétractation de l’offre d’achat

Votre offre d’achat est immédiatement annulée dans trois situations : 

  • Vous décidez explicitement d’y mettre fin avant la signature du vendeur.
  • Le vendeur refuse votre offre d’achat (possible uniquement si le prix d’achat proposé est inférieur au prix demandé) ou n’y répond pas dans les délais que vous lui avez communiqués.
  • Une contre-proposition de la part du vendeur rendra votre offre immédiatement caduque.

Vous souhaitez vendre votre bien sans investir ni d’argent ni de temps ? Very Nice Place est un site d’annonces immobilières de particuliers 100% gratuit et sans engagement qui réalise pour vous les photos professionnelles et la visite virtuelle de votre bien ! N’attendez-plus !